La peau du monde

« Sylvie Bonnot est une artiste voyageuse. Ses travaux l’ont conduite de la densité et de l’agitation de Tokyo aux zones isolées et rudes de l’archipel du Spitzberg ou du désert australien. Depuis quelques années, à la faveur d’un compagnonnage avec le Centre national d’études spatiales, elle explore l’espace et sa conquête. Mais, à chaque fois, elle en revient aux campagnes et forêts bourguignonnes, où elle vit aujourd’hui, qui forment le « point de rencontre géographique » de ces territoires opposés. Pour rendre compte de la diversité de ses expériences et de son regard sur le monde, Sylvie Bonnot multiplie les approches et procédés, ou modes photographiques. Elle peut adopter un regard strictement documentaire comme privilégier l’expérimentation qui, sans jamais remettre en cause le pouvoir de représentation de l’image, accroît son pouvoir d’évocation. Elle recourt alors au brûlage du négatif, à des incisions dans le tirage, à son froissage ou à sa desquamation en détachant la fine pellicule de gélatine argentique et en transposant cette « mue » sur d’autres supports, qu’il s’agisse de tissu, d’un volume ou des murs mêmes de l’exposition. »

Étienne Hatt