Christophe Beauregard

 

« Que ce soit celui du SDF, chu, déchu, sur les trottoirs, les quais de métro, du visage transformé, performé par la chir- urgie esthétique, de ceux qui se revendiquent d’une famille ou de ceux qui jouent avec costumes et artifices, le corps est au cœur de l’œuvre de Christophe Beauregard. Mais un corps toujours scénographié, voire théâtralisé, jamais saisi selon les règles obsolètes de l’instant décisif ou les codes d’urgence du photoreportage. »

Dominique Baqué

« Christophe Beauregard a pour sujet l’être humain et ce qui le définit et l’anime. A travers des mises en scène savam- ment orchestrées : que ce soit dans son atelier, dans une forêt ou dans un escalier, le sujet est théâtralisé. Si ce décor n’est pas réel, ce qui en ressort est d’autant plus sincère. C’est à travers ses mises en scène que Christophe Beauregard apporte une véritable dimension artistique autour du thème de l’identité. »

Ségolène Brossette

« Le portrait, l’identité des anonymes deviennent mes thèmes de prédilection depuis le milieu des années 2000. Mes clichés montrent comment le corps fait les frais de l’obsession contemporaine de donner un sens à son existence :
il devient ainsi l’objet de retouches chirurgicales (Chirurgie, 2005), de l’encrage spontané (Pentimento, 2011), de la souffrance provoquée par la désocialisation accidentelle (Semantic tramps, 2008) et la présence du numérique dans le quotidien (Technomades, 2008). »

Les oeuvres de Christophe Beauregard ont notamment été exposées au Centre Pompidou-Metz (2014), à la Schirn Kunsthalle Francfort (Allemagne, 2015), ainsi qu’ au Centquatre-Paris (2017) aux côtés d’artistes majeurs tels que Richard Avedon, Raymond Depardon, William Klein, Gerhard Richter, Cindy Sherman ou encore Andy Warhol.